1. Accueil
  2. > Article de Blog

La formation continue pour adultes : acteurs et modalités pratiques

Par la rédaction _ Mise à jour le jeudi 08 février 2018 à 17:24:32 (UTC)


Une pratique des formations déjà ancienne

Instaurée en France depuis la loi du 16 juillet 1971, la formation professionnelle continue bénéficie d'un large panel d'organismes dédiés et de financements importants. Apport personnel, financement d'Etat, des régions ou encore cotisations patronales, les moyens annuels s'élèvent à 32 milliards d'euros. Les dispositifs sont tout aussi variés, qu'ils soient activés à l'initiative de l'employeur ou du salarié.

La formation à l'initiative de l'employeur se fait dans le cadre d'un plan de formation. Il doit permettre en premier lieu d'assurer la sécurité du salarié dans l'emploi en lui faisant suivre des sessions spécialisées (habilitation électrique, atmosphére explosive, habilitation mécanique, érgonomie du poste de travail, risque chimique etc.). La plupart de ces formations sont obligatoires selon le poste occupé. Ensuite l'employeur doit assurer l'adaptation du personnel au poste de travail, notamment en raison de l'évolution plus ou moins rapide des techniques selon l'emploi rempli. Enfin l'employabilité du salarié doit être assurée, lors d'un changement de poste ou d'entreprise en particulier.

La formation à l'initiative du salarié prend généralement la forme d'un congé de formation. Le plus connu est le congé individuel de formation (CIF), d'une durée qui ne peut excéder 1 an ou 1200 heures si la formation est à temps partiel (sauf dispositions contraires d'accords de branche plus favorables, ou selon des formules analogues et plus favorables dans la fonction publique, pour des périodes pouvant aller jusqu'à 3 ans). L'employeur ne peut refuser le CIF, mais la demande doit se faire avec des délais à respecter. Ainsi pour une formation de moins de 6 mois, la demande doit être formulé 2 mois avant. Pour une durée supérieure, il faut prévoir une autorisation 4 mois avant le début de la formation envisagée. L'OPACIF/FONGECIF peut prendre en charge les frais de formation. La formule est intéressante car le salarié continue de dérouler son ancienneté et comptabilise les congés payés pendant la durée du CIF. Le congé de bilan de compétences et le congé pour validation de l'expérience permettent eux de se libérer sur de courtes périodes (24h) de manière à pouvoir valider les acquis auprès d'un jury ou d'effectuer un bilan de compétences.

Le droit individuel à la formation (DIF) et son remplaçant le compte personnel de formation (CPF) sont eux financés par les OPCA/OPACIF et fonctionnent selon un crédit annuel de 24h. Depuis 2015 seules les formations qualifiantes sont retenues pour pouvoir donner droit à un financement.

Où se renseigner?

Les dispositions réglementaires évoluent souvent rapidement, et le secteur de la formation professionnelle est très touché par ce travers bien français. Il est conseillé de suivre des blogs sur les formations, et de conserver un regard sur l'actualité officielle via les sites dédiés du gouvernement, en particulier celui du Ministère du Travail.

Une autre ressource à consulter sur les formations continues de Sciences Po donne un panorama de sessions qui pourront intéresser les cadres en recherche d'un plus en terme de fond intellectuel.